Le déroctage du Redon

Le déroctage du Redon

Présentation

Le Redon est un banc rocheux, qui traverse le chenal de navigation du port, entre Anglet et Boucau, de Maïsica à Raffinerie du Midi.

La profondeur minimale de navigation dans le chenal est pratiquement partout de 8 m sauf sur la zone du Redon où elle n’est que de 6 m en raison de l’existence de nombreux points hauts, malgré un premier approfondissement important réalisé entre 1979 et 1981.

Pour  plus d’informations, télécharger une présentation, et accéder à d’autres sites,

Pour télécharger le document d’information de la DDE cliquer ici :
Le déroctage du Redon .

Pour plus d’information, Nous vous invitons à visiter les sites :

Pourquoi dérocter le chenal?

Les plus gros navires qui viennent escaler à Bayonne aujourd’hui sont des navires de 20 000 tonnes (c’est-à-dire qu’ils transportent jusqu’à 20 000 tonnes de marchandise).

Aujourd’hui, ces navires ne peuvent remonter jusqu’à la zone d’évitage de Saint-Bernard lorsqu’ils sont à pleine charge. Ils ne peuvent faire leur manoeuvre de demi-tour (l’évitage) qu’après avoir été déchargés.

Or la sécurité du Port exige qu’a tout moment, un navire qui connaît un incident puisse être sorti du port ; ce qui est évidemment plus aisé si le navire, avant d’être déchargé, a fait sa manoeuvre de demi-tour.

C’est donc avant tout pour améliorer la sécurité du port que ce déroctage doit être réalisé.

Par ailleurs, ces travaux permettront à ces navires d’accéder aux quais de Saint-Bernard et de Blancpignon ; ce qui est impossible aujourd’hui et ce qui pénalise donc certains clients du port. Ce dernier a déjà dû refuser certains bateaux de bois pour la scierie Idiart implantée en Soule.

Enfin, cette opération rendra plus aisé l’accès à la Zone de Saint-Bernard. Pour les navires de lignes régulières (pour les camions ou les conteneurs) qui doivent pouvoir s’affranchir au maximum des contraintes de la marée car ils ont des horaires fixes.

Description du projet

L’objectif est de garantir à la navigation une profondeur navigable de 7.5 m aux plus basses mers (quel que soit le coefficient de marée), par écrêtement des points hauts sur 1 km de long et 145 m de large.

Ces travaux, améliorent l’exploitation et la sécurité du port en élargissant les créneaux horaires permettant le déplacement des navires vers les zones amont, notamment lorsque le mauvais temps perturbe la tenue à quai à Tarnos.

Mode d’exécution des travaux

Après appel d’offres, il s’avère que les travaux seront réalisés sans explosifs, à l’aide d’une drague à désagrégateur. Toute nuisance sera ainsi évitée, en terme de vibration, pour la population et les bâtiments.

Le non recours à l’explosif est aussi un point très positif pour la protection de la faune aquatique et pour les professionnels de la pêche car cette zone est d’une grande richesse au plan piscicole.

Les autres travaux du port envisagés

1. Amélioration des accès

. Le déroctage du Redon
. Le renforcement de la digue Nord : grande digue de Tarnos

2. Les quais

. L’extension du quai Saint-Bernard
. La restructuration des quais et ouvrages d’accostages de Blancpignon