Le PLU n’a pas plu aux “amis du littoral” – eitb

Le PLU n’a pas plu aux “amis du littoral”.               eitb      15 Janvier 2013

Le PLU d’Anglet n’est pas “au niveau des exigences et des ambitions formulées de la loi Littoral,” regrette l’Association des Amis du Littoral d’Anglet (AdALA).

L’enquête publique sur le projet de Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Anglet touche à sa fin ce jeudi 17 janvier. Pendant que Claude Olive (chef de file de l’opposition municipale UMP-Modem-Société civile d’Anglet) et Jean-Pierre Voisin (adjoint au maire d’Anglet en charge de l’urbanisme) se sont engagés dans une polémique autour de la date et la durée de l’enquête publique, l’Association des Amis du Littoral d’Anglet (AdALA) vient de remettre au Commissaire enquêteur ses observations sur le fond du plan….

Pour visualiser l’article , cliquer

… A l’issue de l’enquête publique, les registres seront clos et le commissaire enquêteur disposera d’un délai de trente jours pour transmettre son rapport et ses conclusions motivées au président de l’Agglomération Côte Basque-Adour.

L’association, qui veille sur le littoral angloy depuis plus de 55 ans, estime que les documents du PLU, et notamment le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) “n’adressent pas la spécificité littorale d’Anglet à un niveau suffisant”. Avec un littoral océanique et fluvial qui couvre à peu près 40% du périmètre de la commune, “la thématique littorale devrait être traitée comme un chapitre majeur du PADD et non simplement parsemée dans plusieurs paragraphes du document,” estime AdALA.

Dans ses observations, l’association revendique, entre autres, une continuité de la limite des “espaces proches du rivage” et une bande verte classée en zone naturelle sur toute la longueur des berges de l’Adour. Elle s’oppose aussi aux augmentations du coefficient d’occupation des sols (COS).

“Les principales jurisprudences en ce domaine indiquent que les Espaces Proches du Rivage doivent être au minimum définis sur une base d’environ 700m du trait de côte avec un coefficient d’occupation des sols limité à 0,15 ou 0,18 maximum,” note AdALA. “Un maintien des COS actuels pourrait toutefois être envisagé, mais leurs augmentations, même partielles, annoncées de 40% dans certains secteurs, sont difficilement acceptables“.

Bien que le port industriel soit situé sur les communes de Boucau ou Tarnos, AdALA estime qu’il devrait être traité davantage dans le PLU. “Par sa proximité géographique et par l’influence des vents, les impacts du port industriel peuvent être majeurs pour Anglet et, de ce fait, doivent être adressés dans le PLU,” estime l’association.

Le PLU “n’est pas au niveau des exigences et des ambitions formulées de la loi Littoral,” selon AdALA. “Tout un chacun, tout Angloy conscient de l’importante nécessité de préserver cet espace littoral remarquable et fragile pour les générations futures ne peut que regretter cette prise en considération fort limitée,” souligne l’Association des Amis du Littoral d’Anglet.

>> Lire : les observations d’AdALA concernant le PLU d’Anglet